La digitalisation là où on ne l’attend pas !

La digitalisation des domaines viticoles a permis une augmentation des ventes de vins et spiritueux grâce au développement du e-commerce. Elle fait aussi évoluer les méthodes de travail des vignerons, dans leur vignoble et dans leur cave…

De nouvelles méthodes pour le consommateur


Plus de 40 % des 20-40 ans utilisent leur téléphone pour consulter ou acheter directement du vin en ligne, contre 23 % pour leurs aînés. On constate alors une importante augmentation des ventes de vins en ligne pour les 20-40 ans, cette augmentation est moins importante chez nos aînés qui préfèrent les méthodes d’achat traditionnelles (cavistes, achat directement chez le producteur…). La nouvelle génération de consommateurs de vin et spiritueux se tourne désormais vers des achats en ligne, au détriment des cavistes comme la génération des 40 ans et + le faisait.

La digitalisation pour les vignerons

Des logiciels très poussés permettent désormais une quasi-automatisation des méthodes, des vignes jusqu’à la cuverie et la cave. Ces méthodes vont permettre un gain de temps considérable pour le viticulteur et ce dernier va aussi voir son rendement augmenter ainsi que la qualité de ses produits.

Un vignoble connecté

Le développement de l’IoT (Internet of Things – l’Internet des Objets) permet d’offrir de nouvelles opportunités de suivi pour le vigneron. Il est vrai que pour beaucoup, le travail de la terre perpétue des méthodes artisanales, traditionnelles. C’est un secteur qui est rarement associé aux nouvelles technologies et à l’innovation, surtout dans le domaine numérique.

Cependant, le digital offre de plus en plus de possibilités notamment pour garder un œil sur ses vignes. Que ce soit par drones, par avions, par satellites ou avec des capteurs, il existe de nombreux moyens d’être informé en temps réel de l’état des sols et de l’évolution des vignes.  Les données collectées par ces différents procédés vont pouvoir se retrouver sur un téléphone portable ou une tablette et aider au mieux le viticulteur lorsqu’il doit mener des actions viticoles. Ces données supplémentaires vont aussi lui permettre de rationner ses traitements, en effet ce dernier peut savoir où il aura besoin de traiter sa vigne.

Une cuverie connectée

L’avancée numérique et notamment en IoT permet également de connecter les différentes cuves d’un vigneron. On peut désormais retrouver un grand nombre d’informations et un suivi de la qualité des vins présents dans une cuve. Ipsum, par exemple, propose des cuves connectées, cela permet une lecture instantanée de la température réelle du vin, de la densité, du taux de remplissage de la cuve et de la pression interne de cette dernière. Ces données peuvent se retrouver sur une interface digitale ou sur un téléphone mobile (Android ou IOS). Toutes ces informations permettent alors d’avoir une meilleure qualité, un gain de temps non négligeable et une sérénité car les informations sont à portée de main.

Et vous, vous avez envie de contribuer à la digitalisation des vignobles ?
Découvrez nos formations en informatique/numérique/digital : IoT, développement web, webmarketing, intelligence artificielle, systèmes d’information… c’est par ici !

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération 😉

Réussir son entretien en visio

Il en va de soi, mais réussir un entretien en visio, c’est déjà réussir un entretien tout court ! Et cela tombe bien, le CFA Afia a déjà prévu un article sur le sujet ! > Réussir son entretien.

Mais Covid-19 oblige, nous allons surtout traiter ici des spécificités liées à l’entretien en VISIO. 😱

C’est pourquoi nous vous proposons quelques conseils et astuces pour que vos entretiens se passent au mieux et ce, même à distance !  

Certes, ici, pas de problème de métro, de bouchons ou de document oublié puisque vous jouez à domicile, mais ceci n’exclut pas quelques règles de base :

Un environnement calme

N’oubliez pas qu’il s’agit d’un entretien, vous n’aurez pas envie d’être dérangé par votre petite sœur qui vient vous demander de corriger son DM de maths ou par votre chien qui aboie sur un oiseau à travers la baie vitrée !

C’est pour cela que nous vous conseillons un environnement calme, bien éclairé, rangé avec un arrière-plan neutre.
Le plus : essayez de mettre votre caméra au niveau de votre visage pour que votre interlocuteur ait l’impression de vous parler physiquement ; on évite l’effet « narine » ou l’effet perché.

Une tenue adéquate

L’arrière-plan vérifié, on passe au premier plan, c’est-à-dire vous !

Comme pour un entretien « classique » (on vous a déjà dit que nous avions un article à ce sujet ? 😉), le choix de votre tenue est important. Notre conseil : habillez-vous comme si vous étiez face au recruteur, revêtez une tenue confortable et professionnelle.
Le plus : pour certains, le fait d’enfiler leurs chaussures les aide à se sentir réellement en entretien, cela ne coûte rien d’essayer !

Le côté technique

Vous savez enfin où vous allez vous installer, comment vous allez vous habiller, restent quelques petites choses à régler. Tout d’abord, et nous l’avons plus ou moins évoqué, vérifiez que votre caméra fonctionne, idem pour le micro. Nous savons qu’ils fonctionnaient pour les apéros Skype pendant le confinement, mais s’il vous plaît, re-vérifiez ! Autre point important, votre connexion : si votre wifi vous fait défaut, ressortez le bon vieux câble Ethernet !

L’organisation

Maintenant que tout fonctionne, savourez les points positifs de l’entretien visio : vous pouvez, si vous êtes stressé ou juste pour ne pas perdre le fil, vous munir de quelques notes composées de mots-clés, ce que vous souhaitez absolument aborder (utile si vous passez plusieurs entretiens en peu de temps et ne savez plus avec qui vous avez évoqué tel ou tel point) !

Pensez aussi à préparer les documents qui pourraient vous être utiles : votre CV (le recruteur va sans aucun doute revenir dessus), un portfolio, un site que vous auriez créé… sont autant de choses à avoir sous la main pour les partager avec la personne en face de vous (même si vous les avez peut-être déjà envoyées au cours de vos échanges précédents). Le super conseil du CFA Afia : si vous devez partager votre écran, anticipez et rangez votre bureau, organisez vos fichiers, choisissez votre fond d’écran avec soin. Faites également attention aux onglets ouverts (« Ah, vous faites vos achats sur le site de notre concurrent. » Aïe, allez vous sortir de cette situation maintenant ! Autant s’épargner du stress inutile), au nom de vos documents (y compris ceux que vous auriez envoyés au préalable), et même à vos favoris visibles !

Restez vous-même

Un conseil que nous donnons très souvent mais qui peut vraiment faire la différence, restez vous-même !

Certes, vous devez rester professionnel et mettre en avant vos compétences mais n’ayez pas peur de parler de vous, de ce qui vous passionne, de ce que vous faites en dehors des cours… N’oubliez pas que vous allez peut-être passer un certain temps dans l’entreprise avec qui vous êtes en train d’échanger, autant qu’elle sache, tout comme vous, si cela peut professionnellement coller entre vous.

N’hésitez pas à préparer des questions, d’une part, parce que cela montre votre intérêt pour le poste ou la société, d’autre part, et bien, parce que vous en aurez les réponses. 😉 De même, si vous ne comprenez pas un élément ou si quelque chose ne vous semble pas assez clair, demandez à ce qu’on vous reformule ou développe le point en question, cela montrera que vous suivez ce qui se passe. Le recruteur aussi en est peut-être à son 4e entretien de la journée et ne sait plus avec qui il a parlé dudit point, il sera ravi de l’intérêt porté à ce qu’il explique.

Vous êtes désormais paré ! Vous avez tous les éléments en main pour réussir votre entretien en visio, il ne vous reste plus qu’à cartonner et trouver l’alternance de vos rêves !

5 Youtubeurs à suivre pour débuter en informatique

De nos jours, le monde de l’informatique connaît une croissance phénoménale. Codage, programmation, développement web… tant de domaines qui font maintenant partie de notre quotidien.

Beaucoup d’entre nous s’y intéressent et souhaitent en apprendre un peu plus. Cependant, à première vue, ces sujets peuvent paraître un peu compliqués à comprendre et l’on ne sait pas vraiment par où commencer. C’est pourquoi l’Afia vous a préparé une liste d’influenceurs spécialisés dans diverses branches de l’informatique pour que tu puisses te lancer !

Pour découvrir…

Micode
On démarre cette liste avec Micode, le spécialiste en informatique. De son vrai nom Michaël, le jeune youtubeur s’est fait connaître par la manière dont il simplifie et vulgarise l’informatique ou encore le codage afin de toucher et d’informer un public beaucoup plus large. Après un Bac S spécialité ISN (Informatique et Science du Numérique), Michaël intègre une formation informatique en IUT, période à laquelle il lancera sa chaîne Youtube. 2 ans plus tard, la chaîne Micode est suivie par plus de 823 000 personnes et comptabilise pas loin de 45 millions de vues. Ses études finies, le jeune vidéaste se concentre à temps plein sur le développement de sa chaîne. Tutos, infos, bons plans : Micode est la chaîne à suivre pour tous les novices et curieux qui souhaitent en apprendre un peu plus sur le monde de l’informatique.

Léo – Techmaker
On continue avec Léo – Techmaker, le passionné de technologie. C’est en novembre 2015 que Léo Locurcio crée sa chaine Youtube qui, au fil des années, connaîtra un succès monstre. Titulaire d’un master en ingénierie informatique, le jeune entrepreneur français a décidé de se lancer en partageant sa passion pour le high-tech avec le reste du monde. Qu’il s’agisse d’actualité, de tests de produits ou encore de DIY, tous les moyens sont bons pour parler de technologie. Tout comme Micode, Léo vulgarise le sujet pour que même les novices puissent s’y retrouver. Une technique qui semble fonctionner puisque Léo compte 595 000 abonnés sur sa chaine. Son succès est aussi dû à son assiduité aussi bien sur Youtube (2 vidéos par semaine) que sur Tik Tok (1 vidéo par jour). Alors si la technologie t’intéresse, jettes-y un coup d’œil.

Pour les débutants (et les vrais… et les faux !)

Graven – Développement
Côté programmation, on retrouve Graven, un jeune développeur qui partage sa passion sur Youtube depuis plus de 7 ans maintenant. Avec 199 000 abonnés à son actif, le youtubeur français propose différentes sortes de tutos et de vidéos à sa communauté. De HTML/CSS à Python en passant par Java, Graven permet d’apprendre pas à pas à coder et programmer même pour les moins expérimentés. Sur un format un peu similaire à des cours, il explique et accompagne tout au long de la vidéo, ce qui te permettra de réellement évoluer dans ton apprentissage. Petit bonus : sur sa chaîne, tu pourras même apprendre à créer un jeu, une appli Android ou encore un site web !

Forrest Knight
Pour la suite de cette liste, on se dirige de l’autre côté de l’Atlantique pour y trouver Forrest Knight ; l’as de l’Intelligence Artificielle. Anciennement ingénieur en informatique, Forrest Knight est passionné par l’intelligence artificielle et le Machine Learning, 2 sujets récurrents sur sa chaine. Il y parle également de codage mais aussi de programmation ou encore de développement informatique. Un peu plus technique, la chaine Forrest Knight reste tout de même accessible et très intéressante puisque le jeune youtubeur américain, en plus de donner des conseils, parle de ses propres expériences dans le milieu. Avec une communauté toujours grandissante de 291 000 abonnés, Forrest Knight est le combo parfait pour les passionnés d’AI qui souhaitent améliorer leur anglais !

The Cyber Mentor
Et pour finir, on reste aux USA avec the Cyber Mentor, l’hacker professionnel.
Cybersécurité et hacking éthique n’ont plus de secrets pour ce passionné d’informatique.
C’est il y a à peine 2 ans qu’Heath Adams lance sa chaine Youtube aujourd’hui suivie par près de 184 000 personnes. Très techniques, les vidéos d’Adams permettent à sa communauté de découvrir le hacking éthique sous toutes ses coutures et d’en apprendre toutes les spécificités. Plus qu’une passion, la cybersécurité est devenue le métier du jeune entrepreneur lorsqu’il fonde la société TCM Security.
À cela s’ajoute ses lives Twitch ainsi que la possibilité de cours en ligne payants et dispensés par le youtubeur lui-même pour les plus intéressés. Rien de tel pour un apprentissage plus que complet !

On espère que cette petite liste vous donnera envie d’en apprendre plus sur le monde de l’informatique. N’hésitez pas à partager avec nous les influenceurs que vous suivez sur ces sujets !

=> contacter le CFA Afia

La différence entre UX (expérience utilisateur) et UI Design (interface utilisateur)

Dans le monde de la technologie, de nouveaux termes apparaissent chaque jour. Mais bien que le terme UX existe depuis un moment, les gens confondent encore «UX» et «UI». L’UX et l’UI se complètent. Plus précisément, l’interface utilisateur doit être considérée comme faisant partie de l’expérience utilisateur (UX). Voyons pourquoi.

Définir l’UX

UX « Expérience utilisateur » fait référence aux interactions d’une personne avec un produit, une application ou un système d’exploitation. Concevoir une expérience utilisateur ou, en d’autres termes, créer une UX signifie définir le mode de fonctionnement d’un produit et sa réponse aux besoins de l’utilisateur. Il est évident qu’une UX doit être claire, confortable et conviviale. Une bonne UX est délibérée et élaborée ; vous ne la remarquez même pas lorsque vous utilisez un site Web.

Quels problèmes l’UX résout-elle ?

Une bonne UX « Expérience utilisateur » facilite la navigation sur le site même pour les visiteurs novices. Si un utilisateur ne sait pas comment s’inscrire, changer son mot de passe ou accéder à son panier, il y a un problème évident avec l’UX. Une expérience utilisateur efficace guide en douceur un utilisateur à travers un site Web ou une application.

Définir UI

L’UI « interface utilisateur » comprend tous les contrôles, boutons, blocs et éléments d’une application ; les éléments visuels qui créent l’aspect d’un produit et son image.
Le développement d’une interface utilisateur implique la sélection de couleurs, la définition de l’identité de l’entreprise et le respect des derniers principes de conception. Lorsqu’ils travaillent sur l’interface utilisateur, les concepteurs s’attachent à créer le caractère d’un produit et à améliorer son apparence. Il y a une raison à cela : une interface est la première chose qui attire l’attention des utilisateurs lorsqu’ils visitent un site Web. L’interface utilisateur joue également un rôle important dans la décision d’un utilisateur de rester sur un site Web ou de le quitter immédiatement.

Pourquoi l’UI (l’interface utilisateur) ne fonctionne pas sans UX (expérience utilisateur) ?

Il y a beaucoup de discussions animées sur les termes UX et UI. Certains prétendent que ces concepts sont radicalement différents et ne peuvent être comparés ; d’autres voient UX et UI comme des concepts indissociables qui se complètent.

UI et UX vont main dans la main. La plupart des spécialistes sont d’accord sur ce point : même si votre interface utilisateur est puissante, elle ne peut être efficace si elle n’est pas complétée par une expérience utilisateur satisfaisante. En d’autres termes, il est inutile de créer un dessin avec des images haute résolution, des dégradés et des textures si des pages nécessaires (par exemple, une page d’erreur ou une page de réussite) sont manquantes.

Source : illustration Agence LunaWeb

Comprendre les différents types de cloud computing et leurs avantages

Comprendre différents types

Le cloud computing est en passe de devenir le moyen standard pour les entreprises technologiques d’accéder aux ressources informatiques, logicielles et matérielles. Cette technologie permet aux entreprises d’utiliser des applications et d’autres ressources gérées par des entreprises tierces et stockées sur des ordinateurs et des réseaux de serveurs haut de gamme. Les systèmes informatiques en Cloud sont principalement conçus à des fins commerciales ou de recherche.

Dans cet article, nous explorons les différents types de solutions de cloud computing :

Le cloud computing aide les entreprises à être plus efficaces et à économiser sur les logiciels et le matériel importants pour différentes opérations. La définition de l’informatique en Cloud varie en fonction de votre source, mais il est généralement admis que cela implique l’accès à un logiciel ou à un matériel appartenant au «Cloud», c’est-à-dire à l’utilisation d’un logiciel ou d’un matériel à distance. Si votre entreprise utilise des applications spécialisées pour lesquelles vous n’avez pas besoin de configurer un serveur ou d’acheter du matériel ou des logiciels pour les exécuter, vous utilisez probablement une application en Cloud.

Les entreprises peuvent utiliser le cloud computing pour augmenter leurs fonctionnalités ou leur capacité informatique sans avoir à ajouter de logiciels ou de personnel, à investir dans une formation supplémentaire ou à mettre en place une nouvelle infrastructure.

Vous trouverez ci-dessous les principaux types de cloud computing:

1. Infrastructure en tant que service (IaaS)

IaaS est le niveau de solution cloud le plus bas et désigne l’infrastructure de cloud computing comme un service totalement externalisé. Un fournisseur IaaS fournira du matériel ou des logiciels préinstallés et configurés via une interface virtualisée.

Avantages des solutions IaaS

• Réduit le coût total de possession et les dépenses en capital

• Les utilisateurs paient pour le service qu’ils veulent, en déplacement

• Accès aux ressources et infrastructures informatiques de niveau entreprise

• Les utilisateurs peuvent évoluer à tout moment en fonction de leurs besoins

2. Plate-forme en tant que service (PaaS)

Ce type de cloud computing est similaire à IaaS mais plus avancé. Avec PaaS, les fournisseurs offrent non seulement une infrastructure, mais également une plate-forme informatique et une pile de solutions sous forme de service. L’infrastructure informatique peut être dotée d’une interface utilisateur graphique, de bibliothèques système à l’exécution, de langages de programmation ou d’un système d’exploitation.

Les services PaaS sont principalement utilisés par les entreprises qui ont besoin de développer, tester, collaborer et déployer des solutions cloud pour des applications particulières. Toutefois, l’hébergement de l’application est effectué par un tiers, à savoir le fournisseur PaaS.

Les fournisseurs de PaaS offrent aux clients un environnement de déploiement et de sandbox entièrement configuré pour développer, tester et déployer leurs applications en Cloud.

Avantages des solutions PaaS

• Communauté – La plupart du temps, de nombreuses personnes participent à la création d’applications cloud dans des environnements PaaS. Cela crée une forte communauté de soutien qui peut aider une équipe de développement tout au long du processus.

• Plus de mises à niveau – Les entreprises ne sont pas tenues de mettre à jour ou de mettre à niveau le logiciel d’infrastructure. Au lieu de cela, le fournisseur PaaS gère toutes les mises à niveau, les correctifs et la maintenance de routine du logiciel.

• Réduction des coûts – Les entreprises sont moins exposées aux risques car elles ne sont pas obligées d’investir d’avance dans le matériel et les logiciels.

• Déploiement simplifié – L’équipe de développement peut se concentrer sur le développement de l’application cloud sans avoir à se soucier de l’infrastructure de test et de déploiement.

3. Logiciel en tant que service (SaaS)

Lorsqu’on parle de services cloud, la plupart des gens pensent aux fournisseurs de logiciels en tant que service (SaaS). Les fournisseurs SaaS fournissent aux clients des applications entièrement fonctionnelles basées sur le Web. Les applications sont principalement destinées aux utilisateurs professionnels et peuvent inclure, entre autres, la conférence Web, ERP, CRM, la messagerie électronique, la gestion du temps, le suivi de projet.

Avantages des solutions Saa


• Élimine les problèmes d’infrastructure

• Personnalisation des d’offres de services

• Maintenance et support groupés

• Evolution rapide

4. Récupération en tant que service (RaaS)

Les solutions RaaS (Recovery as a Service) aident les entreprises à remplacer leurs solutions de sauvegarde, d’archivage, de reprise sur sinistre et de continuité des activités sur une seule et même plateforme intégrée. Les fournisseurs RaaS protègent et peuvent aider les entreprises à récupérer l’intégralité des centres de données, serveurs (système d’exploitation, applications, configuration et données) et des données (fichiers et bases de données).

Avantages des solutions RaaS

• Prévenir la perte temporaire ou permanente de données critiques de l’entreprise

• Empêche la perte permanente d’infrastructure physique, y compris d’infrastructure informatique

• Est un moyen rentable de récupérer des données

• Permet une récupération plus rapide tout en maintenant la précision

• Offre une plus grande flexibilité sur le type de sauvegarde requis (sauvegarde principale ou secondaire)

Les entreprises peuvent tirer parti des services en Cloud en améliorant leur efficacité et en réduisant leurs coûts. Les entreprises peuvent adopter des services de cloud computing en fonction de leurs priorités, de leurs domaines d’expertise et de leurs processus métiers. Comme dans le cas d’un projet informatique, une planification et une préparation minutieuses doivent être effectuées avant de passer aux services cloud.

Avantages des services en Cloud

• Il ne vous faut que quelques minutes, voire quelques heures, pour configurer une application de service cloud dotée de fonctionnalités robustes, qui ne vous coûtera peut-être que quelques euros par siège et par mois. Vous pouvez accéder au service en Cloud à partir de tout appareil informatique connecté à Internet, y compris les smartphones, les tablettes et les ordinateurs portables. Si vous devez accéder à un service, vous pouvez le faire n’importe où à la maison, à l’aéroport, au bureau, etc.

• Les services cloud sont également évolutifs. Au fur et à mesure que votre entreprise grandit, vous pouvez augmenter votre abonnement aux ressources dont vous avez besoin pour suivre votre croissance. Il en va de même lorsque les activités de votre entreprise se réduisent. La plupart des fournisseurs de cloud proposent des packages permettant aux clients de choisir le niveau de service dont ils ont besoin.

• Enfin, les entreprises qui adoptent des services de cloud computing bénéficient généralement d’une efficacité accrue et de coûts réduits. Cela leur donne un avantage sur leurs concurrents et peut les aider à gagner rapidement des parts de marché. Pour les nouvelles entreprises, les services en cloud peuvent les aider à rentabiliser rapidement leurs investissements sans risquer d’investir dans une infrastructure informatique, un matériel ou un logiciel interne robuste.

Qu’est ce que l’IOT ?

Beaucoup d’entres nous ont rêvé de maisons intelligentes où nos appareils électroménagers répondent automatiquement à nos demandes. L’alarme de votre réveil sonne et la cafetière commence à infuser au moment où vous voulez commencer votre journée. Les lumières s’allument lorsque vous marchez dans la maison. Un dispositif informatique invisible répond à vos commandes vocales pour vous lire votre emploi du temps et vos messages pendant que vous vous préparez, puis allume le journal télévisé. Votre voiture vous conduit au travail par l’itinéraire le moins encombré, ce qui vous permet de vous concentrer sur votre lecture ou de vous préparer à votre réunion matinale pendant le trajet.

Nous lisons et voyons de telles choses dans la science-fiction depuis des décennies, mais elles sont déjà possibles ou sur le point de voir le jour. Et toutes ces nouvelles technologies forment la base de ce que les gens appellent l’Internet des objets.

L’Internet des objets (IoT), aussi parfois appelé Internet of Everything (IoE), se compose de tous les dispositifs Web qui collectent, envoient et agissent sur les données qu’ils acquièrent dans leur environnement en utilisant des capteurs, processeurs et matériels de communication intégrés. Ces dispositifs, souvent appelés dispositifs « connectés » ou « intelligents », peuvent parfois communiquer avec d’autres dispositifs connexes, un processus appelé communication de machine à machine (M2M), et agir sur les informations qu’ils obtiennent les uns des autres. Les humains peuvent interagir avec les gadgets pour les configurer, leur donner des instructions ou accéder aux données, mais les appareils font la plupart du travail par eux-mêmes sans intervention humaine. Leur existence a été rendue possible par tous les minuscules composants mobiles qui sont disponibles de nos jours.

Les appareils connectés génèrent également un trafic Internet massif, y compris des charges de données qui peuvent être utilisées pour rendre les appareils utiles, mais qui peuvent également être exploitées à d’autres fins. Toutes ces nouvelles données et la nature accessible sur Internet des dispositifs soulèvent des préoccupations en matière de protection de la vie privée et de sécurité.

Mais cette technologie permet un niveau d’information en temps réel que nous n’avons jamais eu auparavant. Nous pouvons surveiller nos maisons et nos familles à distance pour assurer leur sécurité. Les entreprises peuvent améliorer leurs processus afin d’accroître leur productivité et de réduire le gaspillage de matériaux et les temps d’arrêt imprévus. Les capteurs dans l’infrastructure des villes peuvent aider à réduire la congestion routière et nous avertir lorsque l’infrastructure risque de s’effondrer. Les gadgets à l’air libre peuvent surveiller l’évolution des conditions environnementales et nous avertir des catastrophes imminentes.

Ces dispositifs apparaissent partout, et ces capacités peuvent être utilisées pour améliorer presque n’importe quel objet physique.

En conclusion, Internet des objets est le concept dans lequel le monde virtuel des technologies de l’information se connecte au monde réel des objets. Les technologies de l’Internet des choses telles que la RFID (de l’anglais radio frequency identification) et le capteur rendent notre vie meilleure et plus confortable.

C’est pour cela que le CFA Afia propose des formations en adéquation avec ces nouveaux besoins, venez donc retrouver toutes nos formations sur notre site : https://www.cfa-afia.com  

6 façons dont la réalité virtuelle changera la vie dans un proche avenir

La réalité virtuelle (Virtual reality en plus anglais – VR)  ne concerne pas que les jeux vidéos : c’est une technologie qui peut réellement changer notre avenir collectif. Voici comment la réalité virtuelle changera nos habitudes de vie.

Regarder des films

Voici quelque chose dont on parle avec émerveillement les yeux écarquillés, c’est les films VR entièrement immersifs.

Pensez à des films en 3D, puis à la « vraie 3D » : un monde cinématographique que vous pouvez explorer à votre propre rythme, en regardant l’action sous différents angles et en prêtant attention à ce que vous choisissez de faire.

Cela reste théorique mais cela pourrait changer notre manière de regarder des films pour toujours.

Améliorer la qualité de vie des personnes handicapées

La VR pourrait être un exutoire pour les personnes handicapées et les personnes confinées à la maison – une façon de faire l’expérience de ce que les personnes physiquement aptes tiennent souvent pour acquis. Ils méritent de pouvoir vivre, d’explorer et de vivre l’émerveillement du monde.

Visiter des lieux

Pensez à quel point il peut être compulsif de simplement regarder autour du monde sur Google Maps. Pensez alors à quel point ce serait plus immersif de faire la même chose à travers vos propres yeux…

La RV permettrait aux personnes incapables d’accéder à l’immeuble de visiter les musées à distance et aux agents immobiliers de donner aux acheteurs potentiels un aperçu d’une propriété sans qu’ils aient à quitter le confort de sa maison actuelle.

Chirurgie

Il est préférable et plus sûr pour les chirurgiens en formation de perfectionner leurs techniques sur des choses autres que de vrais humains, mais il serait également préférable pour les chirurgiens stagiaires d’exercer sur des  « prototypes humains » qui ne sont pas seulement des modèles en plastique ou des gens qui ont laissé leur corps aux sciences médicales.

Ainsi, des spécimens entièrement interactifs, modélisés avec précision, nécessitant une intervention chirurgicale par le biais d’une interface VR, permettraient d’obtenir des chirurgiens mieux formés et plus performants.

L’exploration spatiale

La possibilité de voler dans l’espace à l’aide d’une interface de type Google Maps serait amusant et intéressant.

Mais une agence spatiale qui installerait des caméras sur tous leurs équipements et les enverrait dans l’espace, avec des scientifiques sur Terre qui regarderaient et navigueraient dans un casque VR, permettrait d’explorer l’espace d’une façon jamais vue auparavant.

Apprendre aux gens à voler

Les pilotes apprennent déjà à voler en utilisant des simulateurs de vol, mais comme les chirurgiens, ils pourraient vraiment s’entrainer avec quelque chose de beaucoup plus immersif et réaliste pour affiner leurs compétences. La RV peut être cette technologie.

La réalité virtuelle étant une technologie nouvelle, il n’est pas chose aisée de trouver des profils pour les entreprises. Le CFA Afia propose donc des formations en adéquation avec ses futurs métiers, venez retrouver toutes nos formations sur notre site : https://www.cfa-afia.com  

Et vous, pensez-vous aussi que les métiers liés la réalité virtuelle vont évoluer dans le futur ?

La technologie Blockchain est-elle le nouvel Internet ?

La blockchain est une invention indéniablement ingénieuse, née d’une personne ou d’un groupe de personnes connu sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto. Mais depuis lors, il a évolué pour devenir quelque chose de plus grand, et la principale question que chaque personne se pose est la suivante: Qu’est-ce que Blockchain?

En permettant aux informations numériques d’être distribuées mais non copiées, la technologie de la blockchain a créé la colonne vertébrale d’un nouveau type d’internet. Initialement conçu pour la monnaie numérique , Bitcoin ( Buy Bitcoin ), la communauté des technologies a maintenant trouvé d’autres utilisations potentielles de la technologie.

«La blockchain est un registre numérique incorruptible de transactions économiques qui peut être programmé pour enregistrer non seulement des transactions financières, mais également pratiquement tout ce qui a de la valeur.» – Don & Alex Tapscott, auteurs, Blockchain Revolution (2016).

La blockchain est, en termes simples, une série horodatée d’enregistrements immuables de données gérées par une grappe d’ordinateurs n’appartenant à aucune entité. Chacun de ces blocs de données est sécurisé et lié les uns aux autres à l’aide de principes cryptographiques.

Alors, qu’est-ce qui a de si spécial à propos de cela et pourquoi y a-t-il des capacités de perturbation de l’industrie?

Le réseau de blockchain n’a pas d’autorité centrale – c’est la définition même d’un système démocratisé. S’agissant d’un grand livre partagé et immuable, les informations qu’il contient sont accessibles à tout le monde. Par conséquent, tout ce qui est construit sur la blockchain est par nature transparent et chaque personne impliquée est responsable de ses actions.

Blockchain expliqué

Une blockchain ne comporte aucun coût de transaction. La blockchain est un moyen simple mais ingénieux de transmettre des informations de A à B de manière totalement automatisée et sécurisée. Une partie à une transaction initie le processus en créant un bloc. Ce blocage est vérifié par des milliers, voire des millions d’ordinateurs répartis sur le réseau. Le bloc vérifié est ajouté à une chaîne stockée sur le réseau, ce qui crée non seulement un enregistrement unique, mais également un enregistrement unique doté d’un historique unique. Falsifier un seul enregistrement signifierait falsifier la chaîne entière dans des millions de cas. C’est pratiquement impossible. Bitcoin utilise ce modèle pour les transactions monétaires, mais il peut être déployé de nombreuses autres

Comment fonctionne Blockchain?

Imaginez une feuille de calcul dupliquée des milliers de fois sur un réseau d’ordinateurs. Imaginez ensuite que ce réseau est conçu pour mettre à jour régulièrement cette feuille de calcul et que vous maîtrisez les bases de la blockchain.

Les informations contenues dans une chaîne de blocs existent sous la forme d’une base de données partagée – et continuellement réconciliée.

C’est une façon d’utiliser le réseau qui présente des avantages évidents. La base de données blockchain n’est pas stockée dans un emplacement unique, ce qui signifie que les enregistrements qu’elle conserve sont vraiment publics et facilement vérifiables. Aucune version centralisée de cette information n’existe pour qu’un pirate informatique puisse la corrompre. Hébergées simultanément par des millions d’ordinateurs, ses données sont accessibles à tous sur Internet.

Que savez-vous de la recherche vocale ? Les statistiques

Qu’est-ce que la recherche vocale ?

La recherche vocale est une technologie qui permet aux utilisateurs d’effectuer une recherche sur Internet en posant une question verbalement sur un smartphone, un périphérique intelligent ou un ordinateur plutôt qu’en utilisant l’approche traditionnelle consistant à taper la requête dans un champ de recherche. Une requête est traitée par un moteur de recherche ou un assistant numérique.

La recherche vocale connaît une croissance exponentielle d’année en année et commence à devenir populaire auprès de tous les groupes d’âge, en particulier de la jeune génération.

Les domaines actuellement utilisés par la recherche vocale ne se limitent pas à des tâches élémentaires telles que la navigation, des questions et réponses, la gestion de listes de lecture ou un appel téléphonique, mais des activités telles que les achats, la gestion des e-mails, la gestion des calendriers et bien d’autres sont également prises en charge tous les jours. La recherche vocale n’est pas seulement une technologie du futur, mais le présent et les statistiques prouvent qu’elle fait désormais partie du quotidien.

Top 7 des appareils de recherche vocale

• Google Home
• Amazon Echo / Alexa
• Assistant Google
• Siri / iPhone
• Téléphones et appareils Android • Microsoft Cortana

Les motivations pour la recherche vocale

Plus de 43% des français trouvent la recherche vocale : plus rapide que d’aller sur un site internet. Les français cherchent donc une technologie qui leur font gagner du temps.

https://blog.digimind.com/fr/tendances/12-tendances-pour-la-voix-recherche-vocale-et-assistants-vocaux-france-et-monde/

Les appareils utilisés par les français pour l’assistance vocale

Que ce soit l’ensemble des français ou les 18-34 ans, le mobile est le plus utilisé pour l’assistance vocale.

https://blog.digimind.com/fr/tendances/12-tendances-pour-la-voix-recherche-vocale-et-assistants-vocaux-france-et-monde/

Comportement du consommateur et dispositifs à commande vocale

  • Pour plus de la moitié des propriétaires, les salles de séjour constituent le lieu de prédilection pour les enceintes à commande vocale.
  • Les gens communiquent avec des haut-parleurs activés par la voix, comme s’ils parlaient à un humain, en utilisant des mots de courtoisie tels que «s’il vous plaît», «merci» et même «désolé».
  • 62% de ceux qui utilisent régulièrement leurs haut-parleurs activés par la voix sont susceptibles d’acheter quelque chose avec leur appareil.
  • 58% des utilisateurs réguliers gèrent des listes de courses toutes les semaines à l’aide de leurs haut-parleurs à commande vocale.
  • 48% des propriétaires de haut-parleurs activés par la voix sont ouverts aux conseils et informations personnalisés.
  • 53% des personnes possédant un haut-parleur activé par la voix ressentaient un sentiment naturel en parlant avec celui-ci.

Statistiques de croissance du marché pour les appareils de recherche vocale

  • Le marché mondial des appareils de recherche vocale a augmenté de 187% au deuxième trimestre de 2018.
  • Apple, Google, Xiaomi, Amazon et d’autres fabricants ont collectivement expédié 16,8 millions d’unités au premier trimestre de 2018.
  • Google a vendu 5,4 millions de modèles Google Home à ce jour en 2018.
  • Amazon avait vendu 4,1 millions d’appareils Echo au deuxième trimestre 2018.
  • D’ici 2024, le marché mondial des haut-parleurs intelligents basés sur la voix pourrait représenter 30 milliards de dollars.
  • Le Echo Dot a été couronné comme le produit le plus vendu sur Amazon en 2018.

Vous l’avez donc compris la recherche vocale est l’un des secteurs d’avenir pour les métiers du web !
Elle fait partie intégrante de notre vie quotidienne, elle sera donc la priorité de nombreuses industries. Il y a déjà de profondes répercussions sur de nombreux secteurs du digital. C’est donc une technologie qu’il faut suivre de près.

Préparation à un entretien

hunters-race-408744-unsplash

Vous avez postulé encore et encore, et ENFIN vous obtenez un entretien !

Peut-être un échange téléphonique dans un premier temps, et sûrement un entretien physique.

Afin de mettre toutes les chances de votre côté pour réussir cet échange (et oui ce n’est pas un interrogatoire !) voici quelques points importants.

Une fois que le rendez-vous est fixé, il va falloir tout mettre en place pour réussir à convaincre votre interlocuteur.

Dans un premier temps, chose peut-être insignifiante mais assurez vous bien d’avoir une confirmation par mail avec l’adresse de la société, les nom et coordonnées de la personne qui vous reçoit, et l’heure de votre rencontre. Et oui on est jamais trop prudent !

Ensuite, il va falloir se renseigner sur la société : consultation du site internet, comprendre les enjeux, connaître les points qui différencient la société de ses concurrents, la visibilité de la société sur les réseaux… toute information est bonne à savoir.

Une fois que vous avez saisi où vous allez, il faut s’intéresser à votre interlocuteur : Qui est-il ? Quel est son rôle dans la société ? Pour le savoir rien de plus simple : aller consulter son profil LinkedIn cela vous permettra d’en savoir un peu plus.

Maintenant, vous allez vous approprier l’offre. C’est-à-dire, faire correspondre vos compétences et savoir-être avec ce que la société attend de son/sa futur.e apprenti.e.

Allez, on s’entraîne maintenant ! À quoi ?

À anticiper les questions, parfois pièges, qui pourront vous être posées. Exemples : « Parlez-moi de vous ? », « Pourquoi je vous choisirai vous et pas un autre ? », « Pourquoi n’avez-vous pas encore trouvé d’entreprise ? », « Quels sont vos points forts et vos points faibles ? ».

À communiquer. Et oui, l’entretien a pour but d’échanger sur un sujet ; ici, le sujet sera une offre d’apprentissage. Il faut donc apprendre à être fluide dans votre discours, ne pas hésiter à prendre votre temps avant de répondre à une question ou pour parler. Pour réussir cet exercice, vous pouvez : parler à voix haute devant un miroir/dans la voiture/face à une caméra, faire une simulation d’entretien avec un membre de la formation/un proche.

– Si l’anglais est demandé dans l’offre,  préparez-vous à l’éventualité de basculer dans cette langue lors de l’entretien. Donc on s’entraîne à se présenter, à parler de vos projets, de ce que vous appréciez ou n’appréciez pas, et le tout en anglais.

Le jour J c’est demain alors on se prépare. On prend 2 CV (un pour vous et un pour l’interlocuteur), un carnet et un stylo, votre planning d’apprentissageune pièce d’identité (elle peut être demandée à l’accueil des sociétés). On range le tout proprement dans une pochette. Je vous assure que c’est très déplaisant de voir un tas de papier froissé et sale !

Planifiez le trajet : on évite les surprises au niveau du temps de trajet le jour même, et on prévoit un peu d’avance.

Préparez également votre tenue la veille, histoire d’éviter les imprévus : chemise froissée, collant filé, tache sur un vêtement… Soyez à l’aise ! Je vous conseille donc de rester sur une tenue avec des couleurs neutres mais « classe ».

ERREURS SOUVENT CONSTATÉES : retard le jour de l’entretien, tenue vestimentaire négligée, langage trop familier, paraître trop prétentieux (tout vu et tout fait –> la société n’a donc rien à vous apprendre).

Enfin le jour J : vous arrivez avec un peu d’avance, vous respirez un bon coup et tout ira bien !

Serrez la main du recruteur lorsqu’il vient vous chercher, attendez son accord ou demandez le pour vous asseoir. Surtout retirez votre manteau, mettez vous à l’aise. Les deux pieds ancrés dans le sol, dernière grosse respiration. Vous sortez vos documents et hop sac par terre avec le téléphone en silencieux.

Maintenant l’entretien démarre, vous remerciez le recruteur de vous recevoir. N’hésitez pas à sourire et montrer que si vous êtes ici c’est que le projet vous intéresse et que vous avez envie de les rejoindre.

Prenez des notes, posez des questions et à la fin de l’entretien informez vous sur la suite du processus.

Remerciez à nouveau le recruteur pour votre échange.

Attention : il faut rester concentré et professionnel jusqu’à la sortie de la société, voir même un peu plus loin ! Vous n’êtes pas à l’abri de tomber sur une personne travaillant là-bas.

N’hésitez pas à envoyer un mail de remerciement suite à votre entretien, et si un retour (rapport d’étonnement, projet à envoyer) vous a été demandé faites-le rapidement.

Allez, à vous de jouer !

Évidemment, les équipes du CFA Afia restent disponibles pour vous accompagner sur cette phase de recrutement. 🙂